Collections

Je ne vous ai jamais parlé de mon addiction aux collections : pièces de monnaie, timbres, billets, tortues, pin’s, autocollants, crayons taillés par les deux bouts… Bref, cet onglet n’est autre qu’un clin d’œil à ma propension à accumuler tout et n’importe quoi, un hommage aux collectionneurs de tous bords, en quelque sorte.

 

Papillonnages

La collection s’agrandit ! Vous souvenez-vous de mon tableau « L’effet papillons » ? J’avais à l’époque acheté, sans trop savoir qu’en faire, deux cadres en simili bois un peu différents de ceux que j’utilise habituellement. Inspirée par ce que j’avais alors sous la main, j’ai dédié le premier à une collection de papillons. Et comme depuis d’autres papillons m’ont été offerts, comment ne pas céder à la tentation d’augmenter ma collection dans le même esprit que précédemment ? Le point de départ a donc été ces deux papillons en métal provenant d’une barrette et d’un collier, puis un nouvel origami, perles, cure-pipe, pétales de fausses fleurs, boules de polystyrène et fils de fer se sont invités ainsi que – petit gag – des bouts des moustaches de mon chat pour les antennes de l’un des papillons ! Rassurez-vous je ne les lui arrache pas, je ramasse celles tombées naturellement, car oui, je récupère tout !

 

Drôles de mines
 
Parfois ce n’est pas l’idée qui fait l’objet mais le contraire. Cette collection de crayons, totalement improbable j’en conviens, me poursuit depuis que je l’ai constituée… au collège ! Après un bref passage dans les affaires de mon fils aîné, probablement amusé par mes idées absurdes, me revoilà en possession de ce mémorable, et totalement inutile, trésor. Qu’en faire, les jeter !? Après tant d’efforts, de cloques aux doigts et de mines cassées, vous n’y pensez pas ! Aussi, dans la continuité de mon tableau précédent (voir RACING CARré), je me suis amusée à les aligner dans un esprit d’accumulation style « art contemporain ». Ainsi mis en valeur, mes crayons peuvent enfin croquer leur nouvelle vie par les deux bouts ! Côté astuce, j’ai simplement utilisé une barre en plastique (genre règle) au fur et à mesure de mon collage pour respecter l’alignement et l’intervalle entre chaque rangée.
 
RACING CARré
 
C’est pour faire un cadeau de Noël à mon fils cadet, fan de belles voitures et de mécanique auto, que j’ai improvisé ce tableau à l’aide des mini-voitures avec lesquelles il jouait étant petit. Je l’avoue, par facilité, je me suis procuré la décoration du fond chez cette « guerrière au sein coupé » qui sévit sur Internet. J’ai aussi décidé d’utiliser pour la première fois le passe-partout fourni avec le cadre, ce qui rend l’ensemble un peu plus chic. Bref, création expresse mais résultat sympa (attention toutefois à la colle extra-forte qui fait baver la couleur des carreaux, si bien que j’ai dû jeter mon premier fond !).
 
 
Krr krr bzz bzz !
 
Une idée me trottait dans la tête depuis que je suis tombée sur ces insectes avec lesquels mes fils jouaient à me faire peur. On détourne, on recycle et… on emprunte, pour peindre les insectes, les vernis à ongles que possède mon papa pour ses activités de modélisme (hormis le gris argenté qui provient d’un tube de retouche de peinture pour carrosseries). On « vernis colle » deux couches de papier blanc froissé pour faire le fond (une couche ne suffisait pas à masquer le support) et on dispose les insectes qui, avouez-le, sont bien plus sympathiques dans ces couleurs !
 
 
L’Effet papillons

D’abord, il y a ce cadre effet bois récemment déniché dans THE magasin suédois (encore, oui, je sais ! ) Puis ce petit papillon beige récupéré sur un porte-photo cassé et un papillon bleu qui, avant que j’en redécoupe les contours, servait d’étiquette-consigne pour l’arrosage d’une plante. Pour compléter le tableau, j’ai glané des idées sur Internet : origami, papiers de « papillotes protège-fruits » pliés en éventail, capsules de café et découpe d’étiquette en textile. Quelques fils de fer et de cuivre, des noms «scientifiques» faits maison et voilà ma vraie collection de fausse lepidoptérophile du plus bel effet.

 

Trophée’roces
 
Retour en enfance pour cette nouvelle création. Plutôt que de les laisser croupir dans leur boite au fond de mon garage, j’ai décidé de mettre en scène quelques-uns des animaux en plastique avec lesquels j’ai tant joué étant enfant. Inspirée par ces trophées en carton, peluche ou origami que l’on peut admirer sur Internet, en voilà une version revisitée, teintée d’humour et de nostalgie. Venez-voir comment j’ai fait.